vendredi 26 mai 2017

Un 26 mai marqué au fer rouge dans les mémoires

Le jour où la guerre est venue frapper aux portes de la cité !

Premiers bombardements de Donetsk, au centre la tour de contrôle de l'aéroport aujourd'hui détruite
A l'issue du coup d'état du Maïdan, le gouvernement pro-Union Européenne mis en place par les occidentaux va tenter de mater dans le sang la contestation des populations du Sud Est ukrainien, qui refusent les mesures discriminatoires lancées contre leur identité russophone par les bandéristes ayant pris le contrôle du pouvoir kiévien.

Quand la première résistance, sous le commandement de Strelkov et d'une poignée de volontaires, s'organise en avril 2014 à Slaviansk et Kramatorsk dans la Nord de l'Oblast de Donetsk, peu de familles à Donetsk imaginen,t malgré la gravité de la situation, que cette crise dégénère en conflit armée ouvert... 3 ans et plus de 10 000 tués plus tard, la belle cité minière du Donbass est en première ligne subissant depuis plus de 1000 jours des bombardements quotidiens sur un front qui ceinture de tranchées les portes Nord et Ouest de la ville... 

Parmi les quartiers martyrs de la ville de Donetsk, celui d'Oktyabrsky est certainement l'un des plus touchés, tant par l'ampleur des destructions subies que la permanence des bombardements et combats quotidiens quasi ininterrompus depuis le début de la guerre.

Le quartier d'Oktyabrsky (où j'habite) près de la rue Stratanovtov. (Photo Guillaume Chauvin)
Lorsqu'on demande aux familles d'Oktyabrsky leurs histoires de guerre, en dehors des bombardements ukrainiens ayant frappé directement depuis 3 ans leurs familles, leurs habitats et leurs rêves, la date du 26 mai 2014 revient dans toutes les discussions comme un fer rouge marquant à jamais les mémoires.

Ce jour là, l'armée ukrainienne, pour s'emparer de l'aéroport de Donetsk contrôlé par les séparatistes depuis la veille va engager son aviation combat dans ce quartier paisible situé au Nord de Donetsk....
Cet aéroport international ultra moderne (modernisé 2 ans auparavant) était le fleuron de la région, symbole de l'économie forte du Donbass et point stratégique important situé par ses voies rapides le desservant à 15 minutes seulement du centre-ville de Donetsk. C'est pour cette raison que depuis 2014, cette one aéroportuaire qui s'étend au Nord de Donetsk entre les villages de Peski à l'Ouest et de Spartak à l'Est est l'enjeu de combats permanents entre les forces républicaines et ukrainiennes, même après que ces dernières aient perdu l'aéroport en janvier 2015 à l'issue de combats particulièrement violents.

L'aéroport hier et aujourd'hui 

Ce jour là, les ukrainiens confirmaient auprès du peuple du Donbass, après Odessa et Mariupol notamment, leur intention génocidaire, bombardant au hasard, loin des objectifs militaires, les quartiers résidentiels, les écoles, l'hôpital et mêmes les sanctuaires religieux de ce secteur Nord de Donetsk.

Ludmila se souvient, elle travaillait encore à 68 ans comme institutrice dans l'école située près de la gare, rue Maréchal Joukov quand les premières bombes ont retentit dans le quartier faisant exploser les vitres et hurler les enfants. 

Alexei depuis la fenêtre de son bureau à Makeevka regardaient tournoyer les chasseurs bombardiers au dessus de son quartier, tandis que les colonnes de fumées obscurcissaient le ciel et que les sirènes des ambulances emplissaient les rues d'accès.

Yulia se souvient des enfants surpris par les tirs alors qu'ils jouaient sur le terrain de basket de l'école près de Volvo Center. L'un deux a été décapité par des éclats et plusieurs autres blessés, ce jour là 20 résidents ont été tués et des dizaines d'autres blessés.

Vladimir était lui dans le jardin avec ses deux petits fils quand des chasseurs Sukhoï après un premier passage ont cabré et viré pour revenir en piqué. Le temps de se précipiter avec les enfants dans la maison avant l'arrivée des premières roquettes.

D'autres enfants ce jour là et dans les mois qui vont suivre n'ont pas eu la même chance...



Ce jour là, la guerre, qui jusque là n'apportait ses sombres augures que par un vent venant de Slaviansk (100 km au Nord Ouest) a fait une irruption brutale et meurtrière dans la cité au million de roses...

Ce 26 mai 2014, la cité rebelle de Donetsk entre en guerre pour défendre sa liberté et sa dignité !

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


Autres articles sur le même sujet :


Ce 26 mai 2014, en brisant des vies des habitats et des rêves, Kiev a commis l'irréparable infamie criminelle contre son propre peuple, mais aussi contre l'Ukraine et l'Occident post moderne qui soutiennent jusqu'à aujourd'hui, par le silence de leurs populations et la complicité de leurs gouvernements, ce génocide caché du Donbass qui continue encore chaque jour et chaque nuit à saigner le coeur de l'Europe.
Marina et Natacha, 2 femmes qui tentent de survivre au milieu des ruines de leur quartier bombardé (Ouest Oktyabrsky)

Au bout du boulevard Maréchal Joukov, près des ruines du marché bombardé, plus de 200 noms de résidents d'Oktyabrsky assassinés par Kiev rappellent que jamais la population n'oubliera ni ne pardonnera...


*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des habitants sinistrés de mon quartier

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos, mais également par des crapules, jaloux ou obsédés du monopole de l'information venus jouer les vautours dans le Donbass..

J'ai réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir plus encore aider des personnes isolées et des familles de mon quartier.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel

Bien à vous
Erwan



mardi 23 mai 2017

Une voie ferrée pour un cheval de Troie

La France collabo raccorde les voies ferrées ukrainiennes 
à l'Europe et surtout à l'OTAN 

La France s’apprête à piloter la mise aux normes européennes du réseau ferroviaire ukrainien, mais quel type de wagon se cache derrière cette locomotive apparemment commerciale et inoffensive ?


Apparu au début du XIXIème siècle le train va révolutionner les transports humains pour de longues décennies et reste toujours aujourd'hui un vecteur logistique majeur pour les activités de déplacement humain, le transit économique mais aussi la logistique militaire qui commence à utiliser régulièrement le train à partir des années 1850.

Dans ce dernier domaine militaire, la voie ferrée lorsque son utilisation est maîtrisée, apparaît vitale car c'est un moyen sûr, contrôlable et peu coûteux permettant de déplacer rapidement des ravitaillements de combat mais aussi des unités d'assaut blindées sur de longues distances (et sans les user). Cette considération opérationnelle a d'ailleurs pesé dans le choix des écartements des voies ferrées qu'ils fallait adapter aux matériels militaires a transporter.

A l'issue de la guerre de 1870, constat avait été fait en France que la défaite avait été due en partie à cause de la désorganisation du système ferroviaire qui n'avait pas permis de réaliser les déplacements stratégiques et logistiques nécessaires et vitaux pour mener une guerre moderne. Depuis la loi du 28 décembre 1888 sur le transport ferroviaire, la définition et l'organisation du réseau ferroviaire est réalisé à l'aune des besoins militaires . 

Les Etats et les empires vont alors moderniser leurs réseaux ferroviaires respectifs en les adaptant à leurs visions stratégiques territoriales, ce qui donnent des nuances entre les voies ferrées dont la principale est l'écartement des rails qui diffère entre l'Est et l'Ouest.

Les différents écartements de rails dans le monde

Ainsi nous donc aujourd'hui 2 principaux écartements de rails existant en Europe : 
  • un écartement de 1 435 mm dans la plupart des pays de l'Union Européenne 
  • un écartement de 1520 mm pour la Russie, les pays baltes, Finlande, Belarus...
Lorsque les conflits mondiaux européens éclatent et provoquent des mouvements transeuropéens, l'incompatibilité des réseaux Est et Ouest apparaît alors cruciale aux états majors militaires qui recherchent, afin de garantir l'effet de surprise conditionnant toute stratégie offensive à contourner le ralentissement des convois freinés par la rupture de charge qu'impose ce changement de rails. Ainsi par exemple les forces allemandes , lorsqu'elles avancent vers l'Est en 1941, réajustent immédiatement l'écartement des voies ferrées des pays envahis.

Aujourd'hui dans le cadre de l'extension militaire de l'OTAN et d'une nouvelle période de tensions vives avec la Russie, cette question de la normalisation des réseaux ferroviaires des anciennes république socialistes soviétiques redevient importante. Même en s'approchant au maximum des frontières russes les unités d'assaut de l'OTAN doivent toujours rechercher l'effet de surprise qui est conditionné par la capacité à déployer discrètement et rapidement :de grosses concentrations de forces et de logistique.

Lors des exercices de l'OTAN réalisés dans l'Ouest ukrainien les déploiements des unités d'assaut et de leur logistique ont été considérablement ralentis par cette problématique ferroviaire créant des ralentissements repérables et des concentrations vulnérables de matériels... Si demain ou après demain le pion ukrainien est joué sur l'échiquier d'une guerre contre Moscou, il faudra que les déploiements des forces et leurs cordons ombilical logistiques soient fluides.

Bien sûr, cet objectif logistique comme tous les autres objectifs de l'OTAN ne sera jamais explicitement avoué mais il apparaîtra  à la remorque de considérations d'échanges économiques et commerciaux anodins, tout comme la militarisation de l'Ukraine s'est embarquée il y a 3 ans dans le cheval de Troie de l'Union Européenne...

Voilà pourquoi une stratégie de développement des chemins de fer ukrainiens a été mise en oeuvre avec un budget prévisionnel de 5 milliards d'euros d'investissement européen que les experts français appelés doivent mobiliser auprès des fonds d'investissement de l'Union Européenne.

Excusez-moi mais dans le cadre du redressement économique de l'Ukraine qui est certes une priorité absolue, la normalisation des voies ferrées ne me parait pas une urgence, les échanges commerciaux s'arrangeant depuis plus d'un siècle avec ces ruptures de charges ferroviaires, SAUF si on la met en perspective d'une militarisation atlantiste du pays organisé pour devenir prochainement un bélier lancé contre la Russie !

Renouant avec une mentalité de collaboration à l'hégémonie militaro-industrielle du moment la France de Sarkozy, Hollande ou Macron, sous couvert de développement économique civil, s’apprête donc demain à participer directement à l'organisation logistique d'une militarisation de l'Ukraine, car je parie qu'il y aura plus de convois militaires Ouest-Est que de trains de marchandises Est-Ouest qui inaugureront les nouvelles voies ferrées Berlin-Dnepropetrovsk ou Paris-Kharkov... 

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


Source de l'article : 

- Ykrinform : La France aidera l'Ukraine à changer la largeur des voies ferrées 
- Wikipédia : Les écartements des rails

Sur la logistique ferroviaire militaire :

- Strates
- Revue d'Histoire


*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des habitants sinistrés de mon quartier

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos, mais également par des crapules, jaloux ou obsédés du monopole de l'information venus jouer les vautours dans le Donbass..

J'ai réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir plus encore aider des personnes isolées et des familles de mon quartier.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel

Bien à vous
Erwan



Un idéal de combat devenu un mythe

Il y a 2 ans, le 23 mai 2015, 
Alexeï Mozgovoï entrait dans la légende

En écrivant le titre de cet article, j'ai hésité entre "Un idéal de combat devenu un mythe" et "Un mythe devenu idéal de combat" selon que l'on regarde ce 23 mai 2015 à travers le personnage Mozgovoï ou le projet "Novorossiya" qu'il incarne encore aujourd'hui.


Deux ans déjà ont passé depuis la disparition d'Alekseï Mozgovoï, le commandeur légendaire de la Brigade "Prizrak", lâchement assassiné dans une embuscade sur une route de la République Populaire de Lugansk, qui a fait en tout 7 morts et 3 blessés.

Alekseï Mozgovoï était né 40 années plus tôt, le 3 avril 1975 dans le village de Nizhnyaya Duvank dans l'oblast de Lugansk. Avec Igor Strelkov qui ménera la première résistance à Slaviansk et Kramatorsk, il fait partie des premiers chefs du mouvement anti-fasciste puis à se soulever contre l'opération spéciale antiterroriste lancée par Kiev contre la population du Donbass... Sa milice d'autodéfense, devenue la brigade "Prizrak" ("fantôme") repousse depuis 3 ans les assauts des unités ukrainiennes sur le front occidental de la République de Lugansk. 

Mozgovoï incarnait beaucoup plus que la résistance victorieuse du Donbass à l'agression kiévienne, il animait un idéal de combat dont la mission première était la défense d'une vision sociétale épurée des clans oligarchiques qui ont pourri l'Ukraine depuis son indépendance, et dont la réalisation est définie par le projet de la "Novorossiya"..

Parallèlement à ses victoires militaires sur la ligne de front Nord, le commandeur Mozgovoï était également une sentinelle politique mettant en garde régulièrement les jeunes Républiques contre les réseaux oligarchiques restés dans le Donbass à travers des affidés tentés de reproduire une société clientéliste gouvernée à moyen terme par une caste économique. 

Le Commandant Mozgovoï avait élevé la lutte antifasciste à un niveau qui exclut toute forme de compromission avec l'ennemi. Pour lui le combat politique ou militaire c'est la victoire ou la mort !

Quelques jours avant son assassinat, la Brigade "Prizrak" avait été intégrée au sein de la nouvelle armée de la République de Lugansk, mais toutefois en réussissant à préserver son identité idéologique tel que son commandeur l'avait défini : 

Mozgovoï, l'exemple élevé du "commandeur"
"A notre sujet:

Nous ne combattons pas pour la LNR (NDLR: République populaire de Lougansk). Nous combattons pour la Nouvelle Russie, au sein de laquelle doivent se trouver non seulement les deux régions, (NDLR: Donetsk et Lougansk) mais tout le Sud-est. (NDLR: L’Ukraine russophone)

Initialement, nous ne nous sommes jamais accommodés de ceux qui ont voulu, de deux régions, faire deux Républiques.

Et où en est on maintenant, et que faire ensuite?

Deux gouvernements, ce sera deux présidents, apparaîtra ensuite encore une région-république, et encore un autre gouvernement, et ainsi de suite…

C’est tout à fait ce qu’on appelle « diviser pour régner »

Quand la lutte a commencé, une telle catégorie, comme la Nouvelle Russie, cela n’existait pas.

Ce concept a surgi dans le feu de l’action et, progressivement, il grandit toujours de plus en plus, il gagne de plus en plus d’esprits.

Actuellement, la Nouvelle Russie, ce n’est pas simplement un territoire, c’est d’abord et avant tout, une idée. La liberté et la conscience, c’est, et ce sera, la Nouvelle Russie.

Nous avons suffisamment de gens de différentes convictions. Je pense qu’il se formera une société complètement différente, avec une mentalité absolument nouvelle.


Je veux, en premier, que cette mentalité apparaisse, et en deux, qu’elle se démarque de ce qu’il y a au jour d’aujourd’hui. Nouvelle, constructive. On veut créer quelque chose de profondément humain."

Alekseï Mozgovoï

On l'aura compris à la lecture de cette petite "profession de foi" que l'incorruptible Mozgovoï se sera fait aussi des ennemis à l'arrière de cette ligne de front si chèrement défendu au milieu de ses volontaires, certains allant même jusqu'à évoquer une liquidation interne ce 23 mai 2015, d'un homme charismatique dont la critique risquait de se muer en dissidence armée.

Personnellement, et au vu de l'évolution des Républiques, je pense conciliable l'épanouissement de leurs projets sociétaux et la conservation de l'idéal de la Novorossiya tant dans ses objectifs politiques, territoriaux (de Kharkov à Odessa), identitaires et même humanistes. L'Homme, même politique, tel un marin fixant une étoile, a besoin d'un idéal plus élevé que ses ambitions accessibles pour toujours s'améliorer et hisser la perfection de sa pensée à la pointe d'elle même.

Aujourd'hui Prizrak reste, malgré un encadrement de valeur un orphelin, comme peuvent l'être également les bataillons Sparta et Somali depuis la disparition de leurs commandeurs Motorola et Givi, mais cette unité de la République de Lugansk reste aux avants postes sur le flanc Est de l'arc Svitlodarsk (Nord Debalsevo), dans un des secteurs les pus virulents de la ligne de front, démontrant que s'il a disparu, l'héritage de cet homme qui commandait par l'exemple est resté vif dans le coeur des soldats de son unité.


Est-ce cette intuition qui caractérise les grands combattants ou cet appel de la Camarde qui rodait depuis des mois, de plus en plus pressante autour de lui, qui poussa Mozgovoï à écrire lui même son épitaphe ? 

Не плохо в мае умереть,
Могильщику копать удобно.
И соловьи всё будут петь,
В последний раз, так бесподобно.

Под грохот первых майских гроз,
Вместо унылых отпеваний...
И дождь, прольётся вместо слёз,
Он смоет грусть воспоминаний.

Могильный холмик приютит,
Под покрывалом трав зелёных.
Пусть даже крест там не стоит,
Среди берёзок утомленных.

Под шелест листьев молодых,
Что только к жизни потянулись.
Пока ещё нет трав седых,
А только, только всё проснулось.

Не плохо в мае умереть...
Остаться в свежести весенней.
И хоть не смог я всё успеть,
Но не осталось уж сомнений...
Не плохо, в мае умереть...

Алексей Мозговой. 
__________

Mourir en mai n’est pas si mal
La tombe est facile à creuser
Que chantent encore les rossignols
Une dernière fois, incomparable

Le fracas des premiers orages
Au lieu de tristes funérailles…
Qu’en fait de larmes coule la pluie
Des souvenirs lave la peine.

La petite butte de ma tombe
Sous l’herbe verte m’abritera
Pas la peine d’y planter la croix,
Parmi les bouleaux alanguis.

Sous le murmure des jeunes feuilles
Qui s’ouvrent tout juste à la vie
L’herbe n’a pas encore blanchi,
Tout vient seulement de s’éveiller.

Mourir en mai n’est pas si mal…
Rester dans la fraîcheur du printemps.entré dans sa
Sans avoir pu tout accomplir,
Au moins j’ai fini de douter…

Mourir en mai n’est pas si mal…

Alexeï Mozgovoï

Bogdana Neshcheret, la filleule de Mozgovoï venue rendre hommage au commandeur 
Au delà des polémiques idéologiques et querelles ad hominem entourant obligatoirement de telles personnalités fortes, il faut retenir de cet homme exceptionnel, qui est entré dans la légende du Donbass, nous a offert en héritage une pureté d'idéal et de coeur, un amour métaphysique pour cette terre charnelle, et un sens du commandement exemplaire.

"Que le souvenir des morts soit la force des vivants"

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya


Sites à consulter sur Mozgovoï :




*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des habitants sinistrés de mon quartier

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos, mais également par des crapules, jaloux ou obsédés du monopole de l'information venus jouer les vautours dans le Donbass..

J'ai réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir plus encore aider des personnes isolées et des familles de mon quartier.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel

Bien à vous
Erwan



lundi 22 mai 2017

Et là, ils sont où les bobos ?

Quand la société du spectacle se couvre de honte 


Récemment lea nébuleuse LGTB et quelques bobos, artistes auto-proclamés d'une société du spectacle dégénérée, ont organisé une campagne dénonçant une soit-disante persécution homophobe en Tchéchénie... et dans le Donbass !

Cette gesticulation pitoyable m'appelle à un "coup de gueule" et quelques réflexions :

1 / Que représente au juste cette "LGTB" en dehors d’être un vecteur sociétal médiatiquement gonflé pour être utilisé par un système fuyant les vrais problèmes sociaux du monde moderne. La majorité de la communauté homosexuelle d'ailleurs ne se reconnaît même pas dans les exhibitions sado-maso obscènes des gay-prides organisées par ces provocateurs.

2 / Vivant dans le Donbass depuis 2 ans et demi, je n'ai jamais vu une quelconque persécution exercée à l'égard des minorités sexuelles pas plus que n'est organisé un prosélytisme de ce qui doit rester un choix privé et intime individuel. Comme en Russie donc, ni persécution, ni promotion de l'homosexualité !

3 / Comme tous les calomniateurs le LGTB insulte mais sans argumenter ni démontrer quoi que ce soit, il veut dogmatiser son mensonge en leur starisant avec quelques belles gueules adulées sur les planches où d'ailleurs elles devraient avoir l'intelligence et l'humilité de rester. Cet argumentaire est à lui seul la preuve de la vacuité de l'attaque.

4 / Cette opération calomnieuse n'est pas nouvelle et sa stratégie de diffusion se nourrit justement des réactions légitimes qu'elle suscite et qui la prolongent dans l'espace et la durée (ce que j'ai conscience de faire ici). L'indifférence me semble être la meilleure réponse à la calomnie.... "noblesse se tait".

5 / Ce type d'attaque doit surtout être replacé dans un contexte global et surtout mis en perspective avec une radicalisation de la russophobie kiévienne qui intervient sur fond de nouvelles tensions entre les USA et la Russie. Le simple fait que les 2 pays désignés (Tchéchénie et Donbass) appartiennent au monde russe suffit à démasquer l'objectif géopolitique qui se cache derrière la revendication libertaire sociétale..

Néo-nazis, radicaux nationalistes, idiots utiles de la crise ukrainienne et de la guerre 

Lorsque les Présidents étasunien et français font la courbette aux émirs des royaumes pétroliers qui eux persécutent réellement les homosexuels jusqu'à en exécuter des dizaines chaque année... 
Ils sont où nos bobos parisiens ?

Lorsque l'armée ukrainienne depuis 3 ans tue des milliers de civils en les bombardant et impose un blocus à population civile du Donbass, torture et emprisonne les dissidents, censure et interdit les médias... 
Ils sont où nos bobos parisiens ?

Lorsque 72 ans après la guerre, un gouvernement européen soutenu par l'UE organisé des défilés, des commémorations, des unités militaires ouvertement néo-nazis et appelant à un génocide russe... 
Ils sont où nos bobos parisiens ?

Avant de donner leur nom et leur réputation à un clabaudage haineux et pitoyable, les Birkin, Wilson etc... et dont je peux apprécier le talent, devraient venir dans le Donbass constater par eux mêmes de la réalité de ces Républiques populaires que bombarde un régime tellement "démocrate" qu'il va jusqu'à fermer ses propres réseaux sociaux et populaires utilisés par sa population.

Car là, ils pourraient peut-être se rendre utiles les bobos...

En attendant, comme disait Blier dans les tontons flingueurs "ces salisseurs de mémoire feraient mieux de fermer leur claque-merde"

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Gay pride à Kiev en 2016, d'autres idiots utiles au service du chaos.... et du ridicule !

Sur le même sujet :

L'article de Karine Bechet Golovko, le lien ici : Novorossiya Today
L'article d'Olivier Renault, le lien ici : LGTB comme arme de guerre contre le Donbass

Retour sur le Maïdan

Analyse du coup d'Etat occidental en Ukraine


Dans cette vidéo Lucien Cerise analyse cette "Révolution du Maïdan" qui a mis le feu eux poudres en Ukraine et qui s'est révélée depuis être une opération de renversement du gouvernement Ianoukovitch organisée par les occidentaux et s'appuyant sur des groupuscules extrémistes lancés dans les rues de Kiev.

Lucien Cerise présente son livre : 
« Retour sur Maïdan, la guerre hybride de l’OTAN »



dimanche 21 mai 2017

Le verrou de Yasinovataya/Avdeevka

Nouvelle pression ukrainienne sur le front de Yasinovataya


Mickhael Andronik, du service d'information du Ministère de la Défense est allé vivre plusieurs heures sur la première ligne de ce front très actif depuis mars 2016 et qui a connu ces derniers jours une nouvelle escalade militaire par des bombardements et attaques ukrainiennes violentes.

Ce front de Yasinovataya a fait l'objet ici de nombreux articles et points de situation et la nouvelle pression ukrainienne qu'il subit depuis cette semeine passée confirme son importance stratégique de 1ère importance. 

Rappel :

A partir du 5 mars 2016, les forces de Kiev ont entamé des "sauts de crapaud" à l'intérieur de la zone grise située entre le front républicain de Yasinovataya et le front ukrainien de Avdeevka. L'objectif de cette pression offensive qui est une violation flagrante des accords de Minsk mais jusque là restée impunie est triple :
  • Réduire, comme dans d'autres secteurs du front (Debalsevo, Zaitsevo, Marinka, Kominternovo etc...) la zone neutre et par conséquent le temps de réaction de la défense républicaine  jusqu'à la rendre impossible an niveau de la première ligne.
  • Couper l'axe logistique Donetsk-Gorlovka, en menaçant la route par les feux des unités d'assaut et imposer ainsi de longues déviations par l'Est, ralentissant le déploiement de forces de réaction et de convois de ravitaillement.
  • Provoquer les forces républicaines espérant de leur part une contre attaque d'envergure qui serait aussitôt désignée comme violation et fin définitive des accords de Minsk 2 et prétexte à relancer une campagne offensive.
  • Obliger les forces républicaines à renforcer considérablement les lignes de défense de ce secteur vital et par conséquent d'y fixer des unités prélevées dans les forces de réaction rapide normalement déployées à l'arrière en réserve stratégique. 


En janvier, l'armée ukrainienne, en continuant ses avancées jusqu'aux abords de l'usine de traitement d'eau qui dessert toute la région, a donné à ce secteur vital une nouvelle menace supplémentaire de dimension écologique et sanitaire...

Depuis, les combats meurtriers sont permanents eu égard aux zones de contact créées et dans lesquelles les belligérants sont à quelques centaines de mètres seulement les uns des autres. Cette semaine de nouvelles campagnes de bombardements intenses accompagnés de combats au sol ont provoqué dans ce secteur de Yasinovataya de nouvelles victimes parmi la population civile ainsi que dans les forces de défense républicaines.

Sur cette vidéo de 6 minutes qui tente de résumer des heures passées sous le feu ennemi on peut apercevoir au début et à la fin des arrivées caractéristiques de munitions incendiaires, vraisemblablement des obus fusant chargés au phosphore blanc, ce que Kiev a toujours contesté malgré les évidences répétées depuis 2014...


Au cours de la seule journée du 20 mai alors que le nombre de violations du cessez le feu était retombé à 40/50 tirs par jour pendant la période de la "trêve" pascale, plus de 400 tirs ont été réalisés par l'armée ukrainienne, principalement dans la périphérie Nord et Ouest de Donetsk.

Au milieu de cette ligne de front Nord de Donetsk des habitants survivent depuis 3 ans adaptant leur quotidien au rythme des bombardements ukrainiens qui interviennent chaque nuit à partir du crépuscule et même parfois peuvent frapper les zones résidentielles en journée. Ces derniers jours, le village de Spartak situé entre l'aéroport et Yasinovataya a de nouveau été bombardé dans son quartier résidentiel, endommageant plusieurs maisons et l'école. 

Dans ce village martyr, 77 habitants survivent depuis 3 ans, sans électricité ni gaz dormant dans les caves chaque nuit tandis que les obus de façon aléatoire et aveugle s'abattent en surface. 


Photo Mikhael Andronik
Vika est une jeune orpheline de 9 ans qui vit avec sa grand mère au milieu des décombres du village. Au mois d'avril, avec Guillaume Chauvin, un ami et photographe français venu plusieurs fois couvrir ce conflit du Donbass, nous avions rencontré cette petite princesse dont le courage n'a d'égal que sa fragilité d'enfant. Vika, entre les larmes et les sourires incarne cette espérance blessée du Donbass, mais qui reste debout malgré l'infamie criminelle de notre ploutocratie occidentale.

Aujourd'hui, 21 mai une série de bombardements ukrainiens est intervenue loin de la ligne de front, au centre du village. 5 obus de 152mm et 2 obus de 120mm qui sont tombés dans la cour où Marina et Vika les 2 enfants restant dans le village faisaient leurs devoirs d'école. Après 3 années de guerre, les 2 fillettes, toujours les sens en alerte, ont su identifier les arrivées et bondir se réfugier dans une cave toute proche avant les impacts.



Oktyabrsky, 21h00, l'électricité, un moment coupée par les bombardements proches est revenue dans la rue silencieuse d'Oktyabrsky... 
La nuit sous les étoiles tousse à intervalles réguliers des crachats d'acier qui tracent de leurs détonations la ligne de front toute proche.
Plus loin vers le Nord Est des explosions plus sourdes parviennent de Yasinovataya.

La guerre tel un monstre de légende rampe et respire encore et toujours aux portes de la cité au millions de roses...


Erwan Castel, volontaire en Novorossiya 


Sources de l'article 




*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des habitants sinistrés de mon quartier

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos, mais également par des crapules, jaloux ou obsédés du monopole de l'information venus jouer les vautours dans le Donbass..

J'ai réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir plus encore aider des personnes isolées et des familles de mon quartier.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel

Bien à vous
Erwan




jeudi 18 mai 2017

Rencontre avec Segonia.ru

Source de l'article: Novorossiya Today

Le peuple du Donbass m'a offert une nouvelle naissance



La loi des séries semble intervenir également pour les entretiens avec les médias, car quelques jours après l'interview réalisée pour News Front, en voici une autre série réalisé pour le média russe "Segodnia.ru" venu me rencontrer dans les locaux de Novorossiya Today... 

La France a beaucoup à apprendre du Donbass

La France est une marionnette du Nouvel Ordre Mondial

L'OTAN entre en Ukraine

*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des habitants sinistrés de mon quartier

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos, mais également par des crapules, jaloux ou obsédés du monopole de l'information venus jouer les vautours dans le Donbass..

J'ai réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir plus encore aider des personnes isolées et des familles de mon quartier.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel

Bien à vous
Erwan




Ce n'est pas nous qui avons commencé

...mais c'est nous qui allons gagner !

Aux soldats républicains qui la nuit dernière sont encore tombés sur le front du Donbass, pour protéger leurs familles jusqu'au sacrifice ultime...

Givi et Motorola, les chefs des bataillons Somali et Sparta, héros lâchement assassinés mais dont le souvenir anime toujours et renforce les coeurs des défenseurs du Donbass 
Lorsqu'on observe et écoutons les 2 propagandes, titans idéologiques qui s'affrontent par dessus le fracas des tranchées  bien au delà des horizons du Donbass, on est frappé par l'opposition existante entre les 2 dynamiques organisées :  D'un côté, une mentalité kiévienne puisant dans un passé fasciste des lieux communs anti-soviétiques désuets pour raviver une haine russophobe hystérique et de l'autre côté, une mentalité tournée vers un avenir nouveau à construire autour de l'amour d'une terre, de son histoire et de ses traditions.

Depuis 3 ans des femmes et des hommes du Donbass se battent aux portes de leurs cités pour défendre la liberté de leurs familles vivant à quelques minutes seulement derrière la ligne de feu quotidienne qui tue et détruit depuis 3 ans jour après jour cette terre noire parce qu'elle est habitée par des russes...

Ce peuple, après avoir observé le coup d'Etat déclenché sur le Maïdan pendant l'hiver 2013-2014 a vu tel un cyclone de fer et de feu, la folie génocidaire apporter la mort et les destructions dans son sanctuaire historique...

Ces familles, pour protéger les rêves de leurs enfants se sont levées et avancées au devant des blindés et sous les obus. 3 ans après et près de 20 000 morts, le front est toujours là, apportant son lot quotidien de sang et de larmes, mais le Donbass reste debout ! 

Voici un clip réalisé par le service militaire de l'information 
qui illustre cette réalité familiale de la défense du Donbass

Arc boutés à leur Liberté et leur dignité, les miliciens, devenus depuis les soldats aguerris des jeunes républiques de Donetsk et Lugansk, depuis 3 années défendent heure après heure, mètre par par mètre cette ligne de front infernale, la plus longue guerre de position que l'Europe ait connu depuis la guerre 14-18.

Bien qu'inférieurs en nombre, leur victoire est cependant assurée car ces femmes et ses hommes ont des armes invincibles que même la plus puissante armée ne pourra jamais détruire :
  • l'amour de leurs enfants qu'ils protègent à quelques centaines de mètres des jeux où eux mêmes ont semé leurs rêves d'enfant;
  • l'héritage historique d'un peuple invaincu qui a forgé son identité aux feux des guerres et des mines quel qu'en soit le prix;
Voilà pourquoi, même s'il faudra certainement chèrement la gagner, la victoire est acquise aux Républiques du Donbass car elles sont populaires, légitimes et justes.

Comme le disait Givi, le commandeur mythique du bataillon Somali lâchement assassiné comme son camarade Motorola du bataillon Sparta : "On ne peut vaincre ceux qui refusent de se rendre !"

Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

*
*   *

S'il vous plaît, pour m'aider dans le travail de réinformation et l'aide engagée auprès des habitants sinistrés de mon quartier

Si l'argent est le nerf de la guerre il est malheureusement également aussi celui de la réinformation pour laquelle j'ai décidé de me consacrer seul et à plein temps malgré une absence actuelle de revenus et une censure de mon travail par les agences de presse occidentales collabos, mais également par des crapules, jaloux ou obsédés du monopole de l'information venus jouer les vautours dans le Donbass..

J'ai réduits mes besoins de subsistance à leur portion congrue (8 000 roubles par mois (150 euros au taux de change local) pour pouvoir plus encore aider des personnes isolées et des familles de mon quartier.

Merci d'envoyer vos contributions de soutien sur le compte référencé ci après à partir duquel sont envoyés des virements vers le Donbass

Observation : la plus petite somme (équivalent à celle d'un paquet de cigarette) est la bienvenue et vitale ici.

En vous remerciant par avance de votre soutien moral et matériel

Bien à vous
Erwan